Vous êtes ici : / Accueil / INFOS SANTE / Les A.V.C.
.:
Les A.V.C.
:.
Imprimer A+ A- Recommander cet article

ENVOYER CET ARTICLE :




L’AVC (Accident Vasculaire Cérébral)

Les accidents vasculaires cérébraux ou « attaques cérébrales » touchent 12 000 personnes par an dans le Nord - Pas de Calais, dont 6 000 restent handicapées et 3 000 décèdent ; 20 % des sujets atteints d’un accident vasculaire cérébral (AVC) sont en activité professionnelle.

Dans la région, pour les personnes âgées de plus de 60 ans, les AVC sont la première cause de décès chez les femmes, la seconde chez les hommes. Les accidents vasculaires cérébraux restent la première cause de handicap acquis de l’adulte et la deuxième cause de démence après la maladie d’Alzheimer. Hémorragie cérébrale

L’Accident Vasculaire Cérébral : 4h30 pour réagir

L’Accident Vasculaire Cérébral se traduit par la survenue rapide avec installation en quelques minutes des signes suivants : paralysie de la face, du bras ou de la jambe du même côté du corps, cette paralysie pouvant ne pas être totale mais plus légère, considérée comme une faiblesse, perte brutale de la vision d’un œil, mal de tête extrêmement sévère et brutal, troubles du langage avec difficultés à trouver ses mots, à parler, à comprendre, troubles de la marche inexpliqués avec vertiges.

A la survenue de ces symptômes, l’appel du Centre 15 doit être immédiat afin d’être pris en charge le plus rapidement possible par l’Unité Neuro-Vasculaire du Centre Hospitalier. A partir du moment où le patient est admis et dans le cas d’un infarctus cérébral (conséquence d’un caillot se situant dans la circulation artérielle cérébrale, qui détruit une partie du cerveau et entraîne hémiplégie, troubles du langage, coma…), il peut recevoir le seul traitement médicamenteux de l’infarctus cérébral : la thrombolyse cérébrale qui permet de détruire la caillot sanguin bloqué dans une artère du cerveau. Celui-ci doit être administré dans les 4h30 suivant les premiers symptômes, mais plus le délai de prise en charge est court, meilleure est l’efficacité du traitement. Passé ce délai, le traitement ne peut plus être administré au risque de devenir dangereux pour le patient.

Néanmoins, si ce délai est passé ou s’il s’agit d’une autre maladie neuro-vasculaire, comme une hémorragie cérébrale, l’admission dans l’unité neuro-vasculaire est indispensable, et permet de réduire les séquelles et la mortalité de 20 %. Infarctus cérébral

L’Unité Neuro-vasculaire : une équipe spécialisée au Centre Hospitalier

Depuis quelques années, une prise en charge spécifique des accidents vasculaires cérébraux existe dans le service de Neurologie.

L’admission des patients a lieu dans une unité spécialisée, l’Unité Neuro-Vasculaire d’une capacité de 6 lits. Son avantage réside dans la rapidité et la qualité de prise en charge qui permet de réduire la mortalité, les séquelles, la mise en institution, la durée du temps d’hospitalisation du seul fait de l’organisation interne et de la compétence du personnel formé y travaillant. Il existe en effet une équipe mobilisée 24h/24 comportant médecins, infirmières, aides-soignantes, kinésithérapeutes, orthophonistes, ergothérapeutes.

Centre Hospitalier de Calais - 1601, boulevard des Justes - BP 339 - 62107 Calais cedex - Tél : 03.21.46.33.33